Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

27.03.2008

Richard Widmark

Richard Widmark est mort


Richard Widmark, décédé lundi à l'âge de 93 ans, avait les traits fins et les cheveux blonds. Mais il avait enquillé les rôles de durs à la pelle. Voire de méchants, comme celui, donc, de Tommy Udo dans «Le carrefour de la Mort» (Kiss of death». C'est son premier rôle au cinéma et il imprime déjà, en 1947, sa marque dans les annales du film noir. Du haut d'un escalier, il pousse une vieille dame paralytique. Puis lance un rire d'une méchanceté sans pareille.

Un rire des plus inquiétants, né de la nervosité de l'acteur. «Quand je doute, je ris, avait expliqué Widmark. Et comme c'était lors mon premier film et que les caméras étaient quelque chose de nouveau pour moi, j'ai beaucoup ri… Et aussi, soulignait-il, une partie de ce rire vient du fait que j'ai toujours eu un rire bizarre.»

La performance de Richard Widmark lui vaudra d'ailleurs une nomination aux Oscars.

Il était devenu l'une des légendes de Hollywood en tournant quelque 70 films sous la direction des réalisateurs les plus prestigieux: Kazan, («Panique dans la rue», 1950), Mankiewicz, «La porte s'ouvre, 1950), Fuller («Le port de la drogue», 1953) ou Minelli («La toile d'araignée, 1955).

Comédien doué, il donnait de la profondeur à tous ses personnages, ce qui lui avait rapidement permis de troquer le costume de «sale type» contre des rôles de victimes dans «Les forbans de la nuit» de Jules Dassin (1950) et de héros dans «L'homme aux colts d'or» d'Edward Dmytryk (1959) ou celui de Jim Bowie dans «Alamo», de John Ford (1960).

S'il a souvent joué des rôles de méchants, colt dans la main, ce démocrate convaincu haïssait la violence. «Je sais que j'ai bâti la moitié de ma carrière sur des rôles violents, reconnaissait-il dans une interview à Associated Presse en 1976, mais je suis un ardent supporter du contrôle des armes à feu» aux Etats-Unis.

Moins présent sur les écrans depuis les années 70, Richard Widmark avait tourné une dernière fois sous la direction de Herbert Ross dans «True colors» (1990).